Nourritures (très) terrestres

Errances nocturnes. Je traverse la Plaine pour rejoindre le Cours Julien et les potes qui attendent que j’arrive pour passer commande. Je suis en retard, presque un pléonasme dans cette ville. Il fait un froid de chien, ils sont entrés se mettre au chaud près de la bouteille de Paternel et ils gueulent dès que je passe le pas de la porte : « Ca fait une heure qu’on t’attends, on est en hypoglycémie merde!« . Le serveur a encore le bouchon de vin à la vin… bien sûr ils viennent d’arriver eux-aussi. On exagère un peu. On exagère toujours. Un jour ça nous jouera des tours, en attendant les tours c’est nous qui les faisons.

Dans le désordre, parce que rien n’est figé ni rangé :
Le Petit Pernod, le Cuisineur, la Casertane, le Vertigo, le Dugommier, la Cantinetta, le Petit Nice, les Maraîchers, le Haxo, le En-Suisse, le Takosan….. et bientôt sans doute le Zingachor, les Tamaris, le Grand Bar des Goudes, les Buvards, les Fées clochettes, chez Sauveur, sur le Pouce et d’autres.